TOP 5 : Les bateaux pirates les plus célèbres

Les bateaux pirates les plus connus ont traversé l’histoire depuis la grande ère de la piraterie. Retrouve le top cinq de ces navires accompagnés de leurs légendes ainsi que celles de leur célèbre capitaine. Les aventures pirates des temps anciens n’attendent que toi.

Les bateaux pirates les plus célèbres sont :

  1. Le Queen Anne’s Revenge : le plus connu des bateaux pirate
  2. L’Adventure Galley : la célèbre frégate hybride
  3. L’Oxford : le bateau pirate du Capitaine Morgan
  4. Le Whydah Gally : le navire pirate qui ouvre une chasse au trésor
  5. Le Royal Fortune : le bateau du célèbre pirate Bartholomew Robert
Bateau pirate le plus connu Queen Anne's Revenge

1. Le Queen Anne’s Revenge : le plus connu des bateaux pirate

Bateau pirate mythique, il a inspiré beaucoup d'œuvres notamment pour la célèbre saga Pirates des Caraïbes. Le Black Pearl, dont Jack Sparrow est le capitaine, est inspiré de ce navire pirate légendaire.

Pour le Queens Anne’s Revenge qui a bel et bien existé, son capitaine n’était autre que le redouté Barbe Noire. De son vrai nom Edward Teach, il a régné sur l’océan Atlantique ainsi que la mer des Caraïbes pendant plus de 2 ans, de 1716 à 1718. 

Un navire pirate confectionné en 1710 à Rochefort, il appartenait à l'armateur nantais René Montaudouin qui s’en servait pour la traite négrière. Barbe Noire l’a capturé en 1717 et s’en est servi jusqu’à la fin de sa carrière pirate pour ses nombreux pillages de navires marchands. Avec pas moins de 40 canons et 300 tonneaux, la frégate pouvait accueillir jusqu’à 350 pirates au sein de son équipage !

Le règne du redoutable Barbe Noire prit fin lors de la bataille de l’île d’Ocracoke. Un endroit que la capitaine appréciait particulièrement. Il prévoit alors d’y faire une grande fête qui dure des jours, où l’équipage pirate danse, boit et se fait même rejoindre par d’autres célèbres pirates. Cette réunion fut alors parler d’elle et le gouverneur de Virginie y voit l’occasion d’attraper une bonne fois pour toute le grand pirate. Après une longue bataille stratégique à bord du Queen Anne’s Revenge, Edward Teach perd face au lieutenant de la Royal Navy. Emportant avec lui le secret de son trésor.

Barbe Noire fut le pirate français le plus célèbre de tous les temps, découvre son histoire. Son bateau : le Queen Anne’s Revenge l’est de manière égale. C’est en 2009 que cette histoire revient passionner les foules. Lorsque l’épave du célèbre bateau pirate fut découverte sur les côtes de la Caroline du Nord. L'identification est notamment appuyée par la poudre d'or et l’armement présents. C’est plus tard, en 2011 qu’il est bel et bien confirmé que ce navire n’est autre que le Queen Anne’s Revenge.

Le vrai bateau pirate le plus célèbre est présent dans plusieurs oeuvres de la culture populaire, telles que le film Pirates des Caraïbes, La Fontaine de Jouvence ; le roman Percy Jackson, La Mer des Monstres ; la série Black Sails ; le jeu vidéo Assassin’s Creed IV Black Flag ; le roman L'Archange des Caraïbes.

Bateau pirate Adventure Galley

2. L’Adventure Galley : la célèbre frégate hybride

Aussi appelé Adventure, ce bateau pirate célèbre appartenait au corsaire William Kidd. Qui était à l’époque un corsaire. Il a été construit en 1695 et acquis par le capitaine Kidd un an plus tard.

Le corsaire vogua jusqu’en 1697 à la recherche d’un équipage, en vain. Ne réussissant pas à obtenir de récompense et à couvrir les frais engendrés, c’est là qu'il décide de devenir pirate pour de bon.

Ce bateau pirate très connu était une frégate hybride qui associe des voiles gréées carrées et des rames pour pouvoir naviguer en eaux calmes comme agitées. Possédant 34 canons et pouvant accueillir jusqu’à 70 hommes.

Le capitaine Kidd a pu voyager à travers l’océan atlantique, revenant ensuite vers l’Inde par les côtes africaines. Malgré ses quelques succès, le pirate avait du mal à prendre soin du navire et à gagner suffisamment d’argent. On retrouve dans son journal de bord que “Gally was very leaky” : la coque du bateau commençait à s'abîmer et à pourrir, laissant passer de l’eau. La flotte qui était maintenant composée de 3 navires pirates : November, Adventure Prize et Adventure Galley, arriva tout de même à atteindre Madagascar.

L’équipage du bateau pirate November abandonne le capitaine Kidd pour servir sous les ordres du pirate Robert Culliford, coulant ce navire. Laissant seulement treize hommes pour naviguer sur l’Adventure Prize, maintenant que l’Adventure Galley était impropre à la navigation. 

C’est donc sur les côtes de l’île Sainte-Marie que le deuxième bateau pirate le plus connu aura été vu pour la dernière fois. 

Depuis 2000, des archéologues fouillent le fond de la Baie des Pirates à Madagascar où gisent treize navires pirates. C’est seulement en 2015 qu’une équipe de recherche retrouve un lingot d’argent de 45 kg. L'archéologue Barry Clifford pense que celui-ci appartient bien au navire du capitaine Kidd et qu’il fait partie d’un trésor plus grand.

Il n’est pourtant pas encore possible de confirmer s’il s’agit bien du fameux Adventure Galley puisque cela a été démenti par l’Unesco après avoir réalisé des recherches approfondies. Le lingot est composé à 95% de plomb et l’épave serait plus récente, venant directement du port de Sainte-Marie. 

Le mythe reste donc intact.

3. L’Oxford : le bateau pirate du Capitaine Morgan

Le troisième bateau pirate le plus célèbre appartenait au flibustier Henry Morgan, aussi nommé “le roi des flibustiers”. Un des pirates boucaniers les plus connus, aussi célèbre pour avoir accepté des missions de corsaire. Et avoir fini sa vie anobli de ses crimes et nommé gouverneur de Jamaïque.

Le fameux Capitaine Morgan fut très connu dans le monde de la piraterie comme étant cruel et sans merci, il volait et tuait sans compter. Il torturait les prisonniers pour leur faire révéler les endroits où étaient cachés leurs objets de valeur. Il devint très vite le flibustier le plus craint des Caraïbes.

Le pirate n’était pourtant pas doué en navigation, il utilisait les navires comme de simples moyens de transport et non comme des armes. La majorité de ses exploits s’accomplissent alors sur la terre ferme. Comme le célèbre Sac de Panama en 1670, où Morgan commande environ 1 850 hommes répartis sur pas moins de 35 navires. Et fait de cette opération un franc succès, se retirant ensuite définitivement de la piraterie pour la Jamaïque. Il faut dire que le capitaine n’avait pas remis les sommes promises aux recrutés et que la majorité de ceux-ci voulaient donc avoir sa peau.

Mais revenons en 1668, pour ce qui nous intéresse vraiment ici : le bateau pirate l’Oxford. Tout commence lorsque le Capitaine Morgan est envoyé à Cuba sous les ordres du gouverneur de la Jamaïque : Sir Thomas Modyford. Sa mission est de faire prisonniers des espagnols afin d’obtenir des informations sur une attaque future de la Jamaïque. Henry Morgan est déjà connu pour sa violence, mais c’est là que cette célébrité augmente d’autant plus. Il fait acte d’une cruauté sans précédent, en utilisant notamment des religieux jésuites comme boucliers et envahit le Panama. 

Il sort donc complètement de sa mission principale et se montre beaucoup plus violent que ce qui n’était prévu. En octobre 1668, le gouverneur de la Jamaïque le couvre pourtant de ces actes, sûrement ravi du résultat, et lui offre le fameux navire pirate : l’Oxford.

Ce bateau pirate est connu pour sa puissance, il est capable d’accueillir un grand équipage et possède entre 26 ou 33 canons selon les sources. Il n’aura pourtant pas fait long feu (si je peux me permettre le jeu de mot) puisque l’équipage et toute la flotte part fêter leur grande victoire à Londres avant un autre grand pillage prévu. Le Capitaine avait ordonné de tirer une salve en cet honneur. Mais les membres étant plus saoul les uns que les autres, allumèrent une mèche par mégarde qui fit exploser la réserve de barils de poudre.

L’Oxford explose donc en janvier 1669, détruisant le navire amiral et tuant une grande partie de l’équipage présent sur le bateau, passant de 200 à 10. Le Capitaine Morgan survit miraculeusement avec quelques-uns de ses officiers.

Malgré cette énorme perte, le “roi des flibustiers” ne perd pas ses grandes ambitions. Et le lendemain, au lieu d’attaquer leur cible prévue, le port au trésor de Carthagène, ils attaquèrent un port bien moins défendu. Continuant leur aventure sans crainte et toujours en enchaînant les exploits.

L’épave a été découverte en 1980 par Henri Surcouf, descendant du corsaire reconnu Robert Surcouf.

Bateau pirate le Whydah Gally

4. Le Whydah Gally : le navire pirate qui ouvre une chasse au trésor

Aussi écrit Whidaw ou Whidah était un navire servant au commerce triangulaire (la traite négrière reliant l’europe, l’amérique et l’afrique). Jusqu’à ce qu’il soit capturé par le célèbre pirate Samuel “Black Sam” Bellamy.

Black Sam est connu pour être un pirate soucieux pour le bien-être de son équipage et même vis à vis de ses prisonniers. Étant élégant, fin d’esprit et sachant motiver ses troupes, on lui donne le surnom de Prince des Pirates.

Le Whydah Gally est une galère propulsé par des voiles. Il n’aura pourtant pas eu une grande carrière tout comme son capitaine, puisqu'il aura été mis en mer en 1715 et coule à la fin de l’année 1716 à Cap Cod. L’équipage fut pris dans une tempête et la quasi-totalité des hommes se noyèrent.

Il existe cependant plusieurs légendes par rapport à ce naufrage. L’une explique que seuls deux membres de l’équipage auraient pu regagner la terre ferme. L’un d’entre eux aurait rapporté que le navire transportait 180 sacs d’or et cela alimenta l’engouement autour de ce naufrage.

La deuxième légende raconte qu’il y aurait eu neuf survivants. Six seront pendus en arrivant sur la terre ferme, les trois autres seront libérés car ils auraient dit avoir été recrutés de force. Samuel Bellamy aurait été l’un d’entre eux, changeant son nom.

Cette dernière légende est d’autant plus étoffée car un Samuel Bellamy réapparaît trois ans après le naufrage. Ce pirate est capturé au large de Cap Cod, et bien qu’il ne devrait pas être la même personne, le mystère reste intact. Ce dernier déclara lors de son procès : « Ils nous condamnent, ces crapules, alors que la seule différence entre nous, c’est qu’ils volent les pauvres sous le couvert de la loi, et que nous pillons les riches aidés de notre seul courage ; ne ferais-tu pas mieux d’être l’un des nôtres, plutôt que lécher le cul de ces gredins pour avoir du travail ! ». Une déclaration pouvant très bien venir du fameux Prince des Pirates…

Le bateau est célèbre pour la grande quantité de trésors présents à son bord. Le Capitaine Black Sam, malgré sa courte carrière, avait pillé bon nombre de navires pirates et avait pu réunir sur le Whydah les butins de plus de cinquante d’entre eux. C’est d’ailleurs ce fait, rapporté après le naufrage du navire, qui démarre une grande chasse au trésor.

L’épave du navire pirate n’a été retrouvée qu’en 1980 par l’archéologue Barry Clifford, retrouvant ainsi beaucoup d’artefacts qui permirent d’en apprendre davantage sur le mode de vie des pirates.

Dans la culture populaire, Samuel Bellamy a inspiré le personnage de Bellamy la Hyène dans le manga One Piece.

 

Bateau pirate le Royal Fortune

5. Le Royal Fortune : le bateau du célèbre pirate Bartholomew Robert

Bartholomew Roberts est l’un des pirates les plus connus de sa génération, surnommé Black Bart, il était redouté de tous. Et ses exploits étaient comptés sur toutes les mers, il aurait eu la carrière la plus prolifique de tous les pirates. Capturant plus d’une centaine de navires malgré une carrière qui ne dura que deux années.

Les premières traces du célèbre pirate dans l’histoire remontent en 1719 alors qu’il est âgé de 37 ans. A ce moment-là, il n’était alors que second sur un bateau destiné au transport d'esclaves. Mais celui-ci subissant une attaque du pirate Howell Davis, il est capturé par ses hommes.

Quelques semaines plus tard, Davis est tué par le gouverneur de l’Île du Prince et Bartholomew Roberts est nommé capitaine par l’équipage. Ce dernier a su montrer son grand potentiel et ses compétences au combat. En étant ainsi promu, il aurait déclaré : “Il vaut mieux être un commandant qu’un homme normal, puisque j’ai plongé mes mains dans l’eau boueuse et me dois d’être un pirate.”

Il est décrit comme un homme grand et noir, et fait étonnant, il n’avait en aucun cas l’apparence d’un pirate. Il est raconté que c’est un homme aux bonnes manières, toujours bien habillé. Entre autres, il ne buvait pas d’alcool, ne violait pas, avait une très bonne écriture, adorait la musique classique et avait toujours des musiciens à bord de son navire. Il aurait aussi demandé à son équipage de le jeter en mer le jour où il perdrait la vie.

Le capitaine Bartholomew Roberts suit son destin et embrasse sa carrière de pirate naissante. Ambitieux et vaillant, il se permet même d’attaquer des navires plus imposants que le sien. Et lors d’une attaque, une partie de son équipage le trahit en s’enfuyant avec le pactole. N’étant pas du genre à se laisser abattre, il continue ses exploits. Mettant la main sur des trésors plus grands encore avec ce qui lui reste d’équipage, pillant quatre navires et adoptant un nouveau bateau pirate amiral qu’il nomme le Fortune.

Nous sommes maintenant en 1720, Black Bart enchaîne les réussites, il pille des navires sur les côtes du Nouveau Monde et s’enrichit de 26 sloops et plus de 150 bateaux de pêche. Son équipage, tout comme le capitaine, est sans pitié et détruit tout sur son passage.

C’est lors de cette bataille qu’il capture une puissante galère de 18 canons. Mais il en veut plus et l’échange contre un magnifique navire français de 28 canons ! Il le nomme alors Royal Fortune.

L’équipage est grand, puissant, reconnu et il continue sa route vers le sud en pillant tous les bateaux qu’il croise. Mais Bartholomew Roberts devient de plus en plus tyrannique avec son équipage, et subit d’autres trahisons. Il essuie aussi des pertes, des défaites.

L’histoire n’est donc pas claire quant au Royal Fortune, et il est impossible de savoir ce qu’il est devenu à partir de cette période. Certaines sources disent qu’il y en aurait eu deux, le premier étant détruit lors d’une grande bataille ou bien il se serait fait réparé.

Toujours est-il que Black Bart continue son aventure, pillant les côtes africaines et s’enrichit encore et encore tout en agrandissant son équipage. Jusqu’en février 1722, au large du Gabon. Là aussi, deux histoires existent. L’une raconte que le capitaine aurait confondu un bateau de guerre britannique, l’Hirondelle, avec un navire marchand et décidé de l'attaquer. L’autre dit que c’est l’Hirondelle qui aurait pris l’équipage au dépourvu alors qu’ils faisaient la fête.

Dans les deux cas, la fin de l’histoire reste la même. Une bataille prit place, Bartholomew Roberts était à bord du Royal Fortune, fonçant vers l’adversaire pour l’attaquer en le prenant de vitesse grâce au vent. Lors du premier échange de coups de canon, le capitaine perd la vie et son équipage le jette en mer comme il leur avait demandé.

Les hommes seront arrêtés et jugés au Ghana, incapables de s’enfuir avec des bateaux pirates trop abîmés. Toute trace du Royal Fortune s’arrête ici. Pour l’équipage : certains seront acquittés, les membres de l’équipage noirs retournent à l’esclavage, des plus petites portions seront pendus ou obtiendront des peines plus légères.

C’est peu de temps après cet évènement que l’âge d’or de la piraterie prit fin.

Dans la culture populaire, le capitaine Black Bart est présent dans plusieurs œuvres : le manga et l’anime One Piece, le jeu Assassin's Creed IV: Black Flag, le film Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du monde. Dans Peter Pan, le Capitaine Crochet est également très inspiré par Bartholomew Roberts.

C’est d’ailleurs ce dernier pirate très connu, Bartholomew Roberts, qui fit connaître le code des pirates tel que nous le connaissons. Tu peux en apprendre davantage dans cet article : Le code des pirates.

Article par : Navire Pirate